La salle d’exposition est fermée au public pour une durée indéterminée.

Plus d’informations

Nos bureaux restent cependant ouverts.

Heures de bureau

Mardi au vendredi : 9 h à 17 h
Samedi au lundi : fermé

Pour être informé.e.s de nos activités, abonnez-vous à notre infolettre et suivez-nous sur la page Facebook d’EXPRESSION.

Facebook   |   Contactez-nous   |  

BACA - Saint-Hyacinthe

REPORT DE L’OUVERTURE ET DU VERNISSAGE

Une situation hors de notre contrôle nous oblige à reporter à une date ultérieure l’ouverture et le vernissage de Land Back, la 6e édition de la Biennale d’art contemporain autochtone. 

Il n’y aura donc pas de célébration ce samedi 1er octobre, à EXPRESSION.
La salle d’exposition demeurera fermée au public pour une durée indéterminée. 

Restez informé.e.s !

La nouvelle date pour l’ouverture et le vernissage de l’exposition vous sera communiquée par courrier électronique. Celle-ci sera également publiée sur notre page Facebook.

Suivre ce lien pour vous inscrire à l’infolettre et recevoir l’information par courrier électronique.

Au besoin, n’hésitez pas à communiquer avec nous, nos bureaux sont ouverts.

Pour nous joindre

Courriel : expression@expression.qc.ca
Facebook : Expression, Centre d’exposition de Saint-Hyacinthe

Nous sommes désolé.e.s des inconvénients occasionnés par cette situation.

Votre intérêt est essentiel à la poursuite de l’ensemble de nos activités. 

L’équipe d’EXPRESSION, Centre d’exposition


LAND BACK
Biennale d’art contemporain autochtone - BACA

6e édition

Exposition en tournée

Artistes : Susan Blight • Lori Blondeau • Roxanne Charles-George • Gregg Deal • Beau Dick • Erin Gingrich • Duane Isaac • Casey Koyczan • Cheryl L’Hirondelle • Beric Manywounds • Meagan Musseau • Michael Namingha • Carey Newman • Camille Seaman • Cole Speck • Katherine Takpannie • Chandra Melting Tallow • Olivia Whetung

Commissaire : Michael Patten

Depuis des temps immémoriaux, les peuples autochtones ont protégé la biodiversité malgré la croissance continue de la population humaine. Depuis le contact des colons, les communautés autochtones ont été dépouillées de leurs terres ancestrales ; le mouvement Land Back vise à restaurer la gouvernance et l’intendance du territoire pour un avenir durable.

Si Land Back se veut un appel à action, un retour d’équité sur un territoire dérobé, il s’agit aussi d’une ouverture à un certain questionnement. Comment pouvons-nous protéger au mieux la biodiversité, les terres et les eaux ? La première étape serait de rendre la terre à ses protecteurs traditionnels et légitimes. Le retour aux savoirs autochtones va au-delà des gestes symboliques de reconnaissance ou d’inclusion pour modifier de manière significative les pratiques et les structures.